Dis, c’est quoi une bonne socialisation ?

Si vous voulez un bon chien, il faut l’emmener partout !

Qui n’a jamais entendu cette phrase ?

Tout le monde, ayant fait le choix d’avoir un chiot, s’est entendu dire cette phrase au moins une fois, que ce soit par des amis, des vétérinaires, des éducateurs, etc…

On entend par « partout » les endroits tels que les sorties d’écoles, les marchés, la ville, les bus, les gares, etc… sauf que « partout » peut s’avérer être très dangereux émotionnellement.

Dans le développement comportemental du chiot il est dit que la phase la plus importante est celle de la socialisation qui se termine aux alentours de 4 mois. Ce qui signifie que vous avez en moyenne 1 mois ½ pour socialiser votre animal c’est-à-dire lui proposer des stimulations qui vont le préparer à sa future vie de chien.

Or souvent il vous est recommandé de ne pas sortir votre chiot avant sa complète vaccination, ce qui est une connerie monumentale (ceci n’engage que moi !) parce que vous perdez 1 mois dans l’évolution de votre poilu (la dernière vaccination se faisant au 3ème mois du chiot).  On est clair que vous n’allez pas lui faire visiter une décharge à votre poilu ! Par conséquent vous pouvez parfaitement  aller vous promener avec votre boule de poils.

Une notion importante à garder en tête : privilégiez la qualité à la quantité !

20170729_115457

Je m’explique.

Ne confondons pas socialisation et immersion ce qui est malheureusement trop souvent le cas. Trop souvent les gens pensent qu’en traînant leur chiot partout il va apprendre et se familiariser à son nouvel environnement.

Regardons de plus près ce que l’on appelle socialisation et immersion.

D’un point de vue humain la socialisation est un processus d’apprentissage qui permet à un individu, en général pendant l’enfance et l’adolescence, de s’adapter et de s’intégrer à son environnement social et de vivre en groupe. Elle donne les moyens de gérer les relations interpersonnelles grâce :

  • au contrôle émotionnel,
  • à des stratégies de résolution des conflits,
  • à des attitudes coopératives,
  • à des attitudes de compréhension,
  • à l’écoute active,
  • etc…

La socialisation nécessite l’acquisition et l’intériorisation des modèles culturels, des pratiques, des normes sociales, des codes symboliques, des règles de conduite et des valeurs de la société dans laquelle vit l’individu. Induite par les contraintes imposées par la société et les interactions avec l’environnement social, elle permet de construire l’identité sociale.

Quant à l’immersion, il faut savoir que l’on doit cette technique à Stampfl (1961), qui l’a décrite pour la première fois en 1960.

  • Celle-ci consiste à plonger le sujet dans une situation très anxiogène en prévenant, simultanément, toute stratégie de neutralisation ou tout comportement d’évitement. On laisse le sujet suffisamment longtemps pour que l’anxiété soit en bonne partie disparue, ce qui peut parfois prendre une heure ou plus.
  • On répète les séances d’immersion suffisamment souvent pour que l’anxiété soit contrôlée quand le sujet est de nouveau devant l’objet phobogène ou dans la situation phobogène.
  • Deux mécanismes sont ici en cause :
    1. Un mécanisme d’extinction (Stampfk & Levis, 1967) selon lequel « une fois le conditionnement établi, si le stimulus conditionnel (SC) est présenté seul un trop grand nombre de fois sans être suivi du stimulus inconditionnel (SI), c’est-à-dire sans jamais être renforcé, la réponse conditionnelle (RC) s’amenuise lentement pour finir par disparaître » (Malcuit et al.,1972). Autrement dit, un bon exercice d’exposition doit donc comporter des séances prolongées, répétées et rapprochées. (Marks, 1972 ; Foa, 1980) ;
    2. Un mécanisme d’habituation (Rachman, 1978 ; Watts, 1973). Lorsqu’un sujet est plongé dans une situation anxiogène qu’il ne peut éviter ni neutraliser, dans un premier temps tous ses processus physiologiques réagissent : les rythmes cardiaque et respiratoire s’accélèrent, et l’électro-encéphalogramme de même que la conductance électrodermale sont modifiés.
  • Si l’exposition est brève, l’organisme reste en état de sur-stimulation, le malaise persiste, et il en résulte une sensibilisation, c’est-à-dire qu’à l’avenir, le sujet aura plus peur de la situation phobogène qu’avant. Si l’exposition dure suffisamment longtemps, l’organisme se calme et, par le fait même, s’habitue graduellement à la situation. C’est le phénomène d’ »habituation », qui devient de plus en plus marqué à mesure que l’on répète les séances.

Est-ce réellement si différent pour nos poilus ?

 

Maintenant prenons l’exemple du chiot que l’on emmène au marché pour le socialiser.

Alors que pensez-vous qu’il se passe pour votre petit poilu de 4 – 5 mois quand vous l’emmenez faire les marchés pour qu’il s’habitue comme on dit ? Croyez-vous que les gens vont être attentifs à votre chiot ? Voyons… Ils ne le sont déjà pas avec les enfants en bas âge que l’on tient par la main.

Allez prenez un peu de recul et observez. Combien d’enfants se font bousculer, prennent des coups de sacs, se font marcher sur les pieds par les gens…

Ces mêmes enfants, eux, ont la possibilité de s’exprimer et de manifester leur mal être. Mais votre chiot ? Que ressent-il lorsqu’un individu lui marche sur la patte ou lui donne un coup de pied ? Quelle association fait-il de l’humain ? Et les bruits ! Vous y avez pensé aux bruits. Tous ces bruits qu’il entend et qui viennent de partout. Les camelots qui crient, les coups de klaxons parfois, les bruits divers et variés. Le chiot entend tous ces bruits mais n’est pas en mesure de les identifier.

L’apprentissage de la vie doit être agréable pour le chiot sans angoisse et sans obligation ! Votre chiot doit pouvoir choisir de s’approcher ou de reculer. Il recule, pas de souci. Rassurez-vous cela ne fera de lui une flippette comme j’ai pu malheureusement l’entendre. Il n’approche pas aujourd’hui, il approchera demain ou après-demain. La contrainte et la violence n’engendre rien de bon !

Le chiot est capable d’analyser et de mémoriser bon nombre d’individus, de situations ou d’objets. Mais attention les associations doivent se faire de façon agréable et positive. Immerger son animal dans un environnement anxiogène provoquera chez lui un stress extrême, une angoisse telle qu’il gardera de cette expérience un ressenti négatif voire néfaste avec le risque qu’il développe des troubles du comportement.

Allons un peu plus loin avec le chien adulte. Jack a très peur des gens du coup, son humain s’est renseigné et il lui a été conseillé de mettre son chien parmi une foule de personnes. Et là c’est le drame ! Jack aboie, claque des dents, tire sur sa laisse et devient vite ingérable pour son humain. Cette situation de stress intense et excessive risque d’amener Jack à mordre pour se dégager de ce contexte.

Pour mieux comprendre je vous propose de faire un parallèle avec l’humain et en l’occurrence, avec moi. Je suis arachnophobe depuis toute petite. Mes parents ont toujours respecté ma détresse lorsque je me retrouvais face une araignée. Jamais ils ne m’ont forcée à m’approcher ou pire à la toucher. En revanche, ils m’ont toujours expliqué que ce n’était pas méchant, que c’était utile pour la nature…. Aujourd’hui j’ai bien moins peur. Bon d’accord elles ne sont toujours mes copines ! lol mais je ne fais plus de crises de panique.

Croyez-vous que si l’on m’avait enfermée dans une pièce remplie d’araignées j’aurais appris à ne plus avoir peur ? Evidemment que non ! Donc pour le chiot ou le chien adulte, il en va de même ! Il ne ressort jamais rien de bon des apprentissages acquis par ou dans la crainte !

Alors la socialisation oui mais pas n’importe comment ! Pensez-y !

 

 

Chrystel – Edu’Cat Pat – Éducation & comportements du chien

 

Sources : http://www.psy-comportementaliste.fr/psychotherapie/techniques-de-psychotherapie/
http://www.toupie.org/Dictionnaire/Socialisation.htm

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s