COMMENT TRAITER LE MAL DE TRANSPORT DU CHIEN OU DU CHAT

CAUSES ET PATHOGÉNIE DU MAL DE TRANSPORT DU CHIEN OU DU CHAT

Nos animaux sont appelés à voyager de plus en plus que ce soit en voiture, en train, en avion ou en bateau, notre mode vie évolue dans ce sens.

On ne connait pas encore tous les mécanismes  qui pourrait expliquer le “mal de transport”.

Ce que l’on sait, par contre, c’est que le stress, l’anxiété mêlée à l’inconfort durant le voyage peut provoquer, chez nos animaux de compagnie, des nausées et des vomissements.

Il faut savoir que l’équilibre du corps est régulé par un mécanisme extraordinaire qui se situe au niveau de  l’oreille interne.

Dans le mal de transport, l’oreille interne (centre de l’équilibre) analyse mal la perception entre les mouvements de la voiture et  le fait de rester immobile. Elle va envoyer des signaux au cerveau, notamment des  signaux qui vont stimuler le centre de vomissement situé dans cette partie du corps.

Au plus ces signaux seront intenses, au plus les signes digestifs (hyper salivation, nausées, vomissements) seront importants.

Le stress et/ou l’anxiété amplifie l’intensité de ces signaux.

Si la première sortie en voiture avec votre compagnon s’est soldée avec ces signes de mal de transport, il y a de fortes chances que les autres tentatives subissent le même sort, voire encore plus marquées.

L’animal va assimiler  le voyage dans la voiture à « être malade ».Son stress sera encore plus important lors de ces prochaines sorties. Il faudra le déconditionner, le rendre plus confiant, mais nous verrons comment  plus loin.

Dernière précision:

Les structures de l’oreille interne se développent avec le temps, c’est pourquoi onconstate davantage le “mal de transport “chez les chiots ou jeunes chiens plutôt que chez les chiens plus âgés. On constate le même phénomène chez nos enfants.

SYMPTÔMES DU MAL DE TRANSPORT DU CHIEN OU DU CHAT

Lorsque vous remarquerez, lors de voyages,  les signes cliniques suivants, à des degrés divers, vous pouvez confirmer que votre animal souffre de “mal de transport”.

  • Pour le chien

Au niveau comportement et par ordre chronologique :

Inactivité

Bâillement

Halètement

Tremblements

Gémissement

Aboiement

Agitation (change de place constamment, escalade les sièges,…)

Au niveau signes somatiques:

Hyper salivation, nausée, vomissement, diarrhée, miction,…

  • Pour le  chat

Mêmes symptômes que le chien, sauf miaulement, feulement, crache, grognement,……. à la place des aboiements. Ce sera moins bruyant mais peut être plus agressif  …:) .

Un animal atteint de mal de transport risque d’avoir ces  signes cliniques de plus en plus intenses au fur et  à mesure des “voyages”, car le stress sera aussi plus grand à chaque fois.

Attention, certains animaux manifestent peu de signes cliniques avant d’avoir les vomissements caractéristiques de ce mal de transport.

Par contre d’autres peuvent commencer d’avoir des signes d’anxiété dès qu’ils vont prendre conscience qu’ils vont monter en voiture.Certains peuvent même déjà vomir avant d’entrer dans  la voiture.

C’est aussi la raison pour laquelle certains vétérinaires vous diront que ce mal de transport disparaîtra avec l’âge, MAIS ce n’est pas du tout une certitude !

TRAITEMENTS ET PRÉVENTION DU MAL DE TRANSPORT DU CHIEN OU DU CHAT.

Au niveau du traitement et de la prévention, il y a plusieurs possibilités :

Le traitement de choix consiste à habituer le chien à voyager.

Au plus le chien sera jeune (chiot) au plus  les résultats seront rapides.

Peu importe le moyen (voiture, avion, train, bateau), il faut habituer votre animal à ce mode de transport PROGRESSIVEMENT, par étapes (traitement préventif).

Voici une méthode adaptée pour la voiture et programmée sur 3 semaines

1er semaine :

Tous les jours de la semaine, vous prenez le  chien et vous l’installez du côté passager, au plancher.

Surtout vous n’allumez pas le moteur, vous restez assis sans vous occuper de votre compagnon et ce pendant 15 minutes.

Cela va le sécuriser et le familiarise avec cet environnement. Il doit acquérir la notion que la voiture n’est pas un espace de “souffrance”.

Deuxième semaine :

Tous les jours, vous refaites le même scénario de la 1ère semaine SAUF que vous allumez JUSTE  le moteur (sans rouler) pendant 10 minutes.

Votre animal va s’habituer au bruit du moteur et SURTOUT  aux vibrations. A nouveau, mise en confiance !

Troisième semaine :

Tous les jours, vous faites des petits trajets qui seront augmentés dans la durée progressivement. Premier jour : 10 minutes, puis vous augmentez de 5-10 minutes tous les autres jours de la semaine.

Conseils :

1) À la fin de chaque séance, fin de trajet  ou bon comportement de la part de votre chien, récompensez votre animal avec une petite friandise. Cela  positivera son éducation et il comprendra plus vite les buts recherchés.

2) A partir de cette troisième semaine, profitez de vos petits trajets (chercher le pain, un  A.R à la poste,…) pour prendre votre chien avec vous et ainsi l’habituer à ce mode de locomotion.

3) Ayez le plus souvent possible une destination gratifiante pour votre chien : par exemple, à destination, le chien sera dans une aire de jeu, de promenade qu’il affectionne particulièrement.

Ainsi, il associera trajet en voiture = promenade, jeu !

Ne faites pas l’erreur d’utiliser la voiture avec votre chien /chat uniquement que pour aller consulter votre vétérinaire préféré (on peut rêver, non?,… je parle du vétérinaire préféré)

L’animal associera ALORS : voiture= mon bourreau (donc stress).

ATTITUDES DE VOTRE PART  AVANT ET DANS LA VOITURE 

Avant le départ :

Ne plus nourrir votre animal deux heures avant le départ, laissez-lui uniquement l’accès à l’eau.

Astuce : donnez-lui une petite friandise sucrée (pas de chocolat, bien sûr) juste avant le départ, cela a pour but de réduire la nausée lors des déplacements (c’est valable pour nous aussi).

Très important:

1) Votre animal doit avoir suffisamment de place pour se coucher, car le fait de rester assis ou debout risque d’aggraver le mal de transport

2) Ne pas installer le chien /chat sur vos genoux ou sur les sièges arrières enliberté, sous peine d’avoir de gros risques d’accident (conduite dangereuse).

3) Ne pas laisser votre animal en liberté dans l’habitacle !

3 options :        – soit vous installez une grille de protection

– soit vous attachez votre chien avec un harnais

soit vous le mettez en caisse/cage de transport (c’est l’option la plus sécuritaire !)

Attention un apprentissage de la caisse de transport est nécessaire !

https://www.youtube.com/watch?v=ex4Nt3rkP8o&t=6s

4) Pour le chat, il doit voyager UNIQUEMENT dans sa cage de transport !

De nombreux accidents ont déjà eu lieu car le chat s’était faufilé entre les pédales du conducteur ! Le mieux est de poser la caisse/cage de transport au niveau du plancher (question de sécurité ; freinage)

5) Essayez de ne pas fumer et ouvrez (un peu) une fenêtre pour assurer une bonne ventilation.

L’avantage d’une fenêtre ouverte est aussi d’assurer un bon équilibre entre la  pression d’air à l’intérieur de la voiture et la pression de l’extérieur, cela augmentera le confort du voyage.

6) Je vous rappelle que l’emplacement idéal est au niveau du plancher de la voiture, c’est à cet endroit que l’animal ressentira le moins les “mouvements” de la voiture.

Conseil :

En période de chaleur (été), ne laissez JAMAIS votre animal seul dans la voiture même avec une fenêtre entre ouverte !!

La température à l’intérieur d’une voiture monte très vite pour atteindre des températures de 50° voir plus. Votre animal risque d’être victime d’un coup de chaleur qui peut lui être fatal !!… AYEZ DU BON SENS !

VOTRE CONDUITE :

1) Ayez une conduite cool : pas de freinage ni de démarrage brusque, négociez les virages, relax …. Bref, ne vous prenez pas pour Sébastien Loeb.

2) Pour les longs trajets, faites une pause toutes les 2-3 heures, sortez votre chien, baladez-le et donnez-lui à boire à chaque fois.

TRAITEMENT NATUREL : SUPPLÉMENTS ALIMENTAIRES, HOMEOPATHIE

Zylkene :

Où se le procurer ? Chez Medicanimal

Ce produit aide l’animal à surmonter le stress et est donc indiqué pour un animal anxieux qui doit faire un voyage.

Le grand avantage est qu’il est dépourvu d’effets secondaires, il peut être utilisé en toute sécurité et a démontré son efficacité.

Il n’a pas d’effets sédatifs, ni troubles digestifs, urinaires et cardiaques.

C’est un produit en gélules qui existe en 3 présentations : 75,225,450 mg

La posologie est de : 15mg/ kg 1 fois par jour

Il est conseillé de commencer 2 à 3 semaines avant le départ la cure de ZYLKENE.

Il y a de très bons résultats sur des animaux très anxieux, pas seulement pour les problèmes de transport mais pour toute situation anxiogène.

Le Rescue PETS

Où se le procurer ? Chez Aroma-Zen

On utilise Rescue Remedy Pets qui est une association de 5 essences de Fleur de Bach Original.

Cela tend à calmer l’animal, le rendre moins anxieux avec l’avantage de ne pas le rendre “abruti ou somnolent “.

Posologie : 4 gouttes par voie orale (sur une petite friandise)  10-12 heures avant le départ, puis toutes les 4 heures.Répétez cette administration.

Vous pouvez aussi pulvériser l’air dans la voiture avec ce produit dilué dans l’eau.

En traitement homéopathique :

Concernant les symptômes psychologiques :

– Pour les animaux angoissés, qui «pleurent» avant et pendant le trajet : 4 gouttes de Rescue Pets, à base de fleurs de Bach. Commencer la veille et renouveler entre 4 à 6 fois par jour pendant le trajet. Pour les plus stressés, débuter 2 jours avant le départ.

– Pour les animaux qui ont peur du trajet : 3 granules de Gelsenium 9 CH à donner la veille du départ, le jour J et pendant le voyage.

Concernant les symptômes physiques :

– Pour Animaux qui font de l’hyper-salivation et sont sensibles aux mouvements de montée et de descente (mer, chemin de montagne…) : 3 granules de Borax 5 CH ou 7 CH ;

– Pour les animaux qui ont nausées en voiture, améliorées si l’animal mange un peu avant le trajet : 3 granules de Petroleum 5 CH ou 7 CH ;

– Pour ceux qui ont des nausées et ont besoin de mettre la truffe dehors pour se soulager ou qui vont mieux lorsqu’ils ferment les yeux : 3 granules de Tabacum 5 CH ou 7 CH ;

– Pour les animaux malades lorsqu’ils sentent les odeurs d’essence ou d’huile : 3 granules de Colchicum autumnale5 CH ou 7 CH. A renouveler tous les heures pendant le trajet, si la prise n’est pas un stress supplémentaire.

Autre option, il est possible d’utiliser la préparation Cocculine des laboratoires Boiron que l’on donne aussi aux enfants. Cela peut fonctionner sur certains types de vomissements notamment lorsque l’animal est sensible aux mouvements.

CONCLUSION SUR LE MAL DE TRANSPORT DU CHIEN ET DU CHAT

Cette pathologie peut devenir une situation dramatique pour la famille et occasionner de véritables problèmes de cohabitation entre l’animal et les propriétaires jusqu’à provoquer l’abandon.

Il faut savoir qu’il existe des solutions et par ordre de préférence :

1) c’est bien sûr l’éducation, l’habituation qui doit être privilégiée en premier et ce dès l’arrivée de l’animal chez vous. Suivez les conseils décrits plus haut.

2) Respectez bien les conditions de voyage, assurez le confort et la sécurité pour votre compagnon.

3) Utilisez les médecines douces qui peuvent être un adjuvant à votre éducation comme ZYLKENE et à la formule Rescue Remedy  PETS.

Auteure : Chrystel Herbulot – Edu’Cat Pat – Éducation & comportements du chien

Source : http://conseilsveterinaire.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s